Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Julie Spieler aime son père, Abel, malgré ses infidélités, malgré sa puérilité, malgré son égoïsme forcené et malgré tout. Abel Spieler, professeur de littérature allemande dans une université parisienne et coureur invétéré, voue un culte absolu à l’œuvre de Kafka. Mue à la fois par le désir de rapprochement avec son père et par sa propre fascination pour un épisode de la biographie de Kafka élevé au rang de légende, Julie se lance dans une enquête qui la mènera à se prendre d’affection pour une énigmatique vieille dame. Aujourd’hui fort âgée et aigrie, Else Fechtenberg aurait reçu du célèbre écrivain tchèque, lorsqu’elle était petite fille, des lettres dont on ne sait plus ce qu’il est advenu. L’affaire est sérieuse, puisque pour mettre la main sur ces quelques lettres, « des spécialistes auraient tué père et mère ».
Fabrice Colin dit s’inspirer d’un fait rapporté par . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement