Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > POISSONS VOLANTS

Numéro 140

François Rioux

POISSONS VOLANTS

Prix des libraires 2015, catégorie poésie
Le Quartanier, Montréal, 2014
93 pages
17,95 $

La poésie de François Rioux est libre et ludique. Elle va là où on ne l’attend pas, dans l’insolite d’un quotidien très prosaïque, sans transcendance. Elle ne prétend à rien de sérieux. On y boit en pensant à ses amours perdues, on y chante, on y observe les gens, on y contemple un frigo vide. Ces sont des poèmes de lendemain de veille, quand les illusions qui nous avaient exaltés se transforment en un tas de vieux mégots. Dans le bruit ambiant et le brassage de choses, de produits, il y a à peine assez de place pour l’introspection.

D’une certaine façon, Rioux s’inscrit en faux contre une poésie dite « profonde », voire académique. « Versifier l’Holocauste est de mise / assentiment instantané », écrira-t-il d’ailleurs, faisant peut-être référence à un recueil de Louise Dupré, Plus haut que les flammes, qui a obtenu la reconnaissance du milieu (Prix du . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 octobre 2015 à 15 h 34 | Mis à jour le 7 octobre 2015 à 12 h 09