Accueil > Commentaires de lecture > Essai > PARADIS SOUS TERRE
Paradis sous terre

Alain Deneault, William Sacher

PARADIS SOUS TERRE

COMMENT LE CANADA EST DEVENU LA PLAQUE TOURNANTE DE L’INDUSTRIE MINIÈRE MONDIALE

Écosociété, Montréal, 2012
188 pages
23,00 $

Rapportant les données du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, Alain Deneault et William Sacher nous apprennent que « plus de 75 % des sociétés mondiales d’exploration ou d’exploitation minière ont leur siège social au Canada et près de 60 % de celles qui sont cotées en bourse s’enregistrent à Toronto ». Pourtant, ces entreprises sont actives partout dans le monde, en particulier dans le Sud. Comment une telle concentration s’explique-t-elle, dans un pays dont l’importance financière ne peut se targuer d’être parmi les premières dans le monde ? « [C]e sont a priori les avantages juridictionnels et réglementaires réservés par le Canada à ce secteur d’activité qui attirent les manœuvriers. »

Plus précisément, la bourse canadienne favorise considérablement la spéculation ; l’État accorde d’importants avantages fiscaux au secteur minier ; la législation ne menace pas ou menace peu les activités illégales, voire . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 30 mars 2014 à 18 h 46 | Mis à jour le 4 juin 2015 à 13 h 40