Bernhard Schlink

OLGA

Gallimard, Paris, 2019
267 pages
32,95 $

L’écrivain allemand Bernhard Schlink a amorcé sa carrière littéraire par la publication de polars, dont Le nœud gordien, pour lequel il a obtenu un prix littéraire en 1989. Il est également l’auteur du roman Le liseur, best-seller qui l’a fait connaître mondialement et qui a fait l’objet d’une remarquable adaptation cinématographique.

Dans son récent roman, il raconte l’existence d’Olga, née dans une famille pauvre de Breslau, alors que la ville faisait partie de l’Empire allemand, peu après sa formation, dans les années 1870. Après le décès de ses parents, Olga quitte sa Silésie natale pour la Poméranie voisine, où elle est élevée par sa grand-mère, qui ne lui témoigne guère d’affection. Enfant indépendante et solitaire, elle ne se lie pas facilement d’amitié, jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre, à l’école du village, d’un jeune garçon nommé Herbert, avec lequel elle se trouve des affinités. Celui-ci est le fils du riche propriétaire d’un domaine des environs. Malgré la divergence de leurs origines, ils deviennent rapidement amis, et forment même un trio inséparable avec Viktoria, la sœur de Herbert.

La puberté atteinte, Olga et Herbert se découvrent des sentiments réciproques plus forts que l’amitié. Au même moment, Viktoria réalise que leur amie n’est pas du même monde qu’elle et son frère. Elle prend alors ses distances et fait tout pour éloigner Herbert de celle avec qui il partage désormais un amour mutuel. Cet amour n’aura, bien sûr, rien de simple. Les parents de Herbert rejettent eux aussi Olga. Mais, indépendante, celle-ci ne s’en formalise pas trop et réussit à s’accomplir grâce à son travail d’institutrice. Elle aura plus de difficulté à accepter les expéditions et aventures de Herbert en Afrique allemande du Sud-Ouest, en Argentine, en Carélie et, finalement, dans l’archipel arctique du Spitzberg. Ces voyages de longue durée condamnent Olga à attendre son amoureux. Et la laisseront avec ses propres secrets…

Olga non seulement raconte l’existence singulière d’une femme mais rappelle aussi le destin tourmenté d’une Allemagne en quête d’identité. Un roman brillant et empreint de sensibilité.

Publié le 24 juin 2019 à 13 h 00 | Mis à jour le 9 juillet 2019 à 14 h 37