Numéro 101

Gérald Galarneau

MOTEL RIVIERA

JCL, Chicoutimi, 2005
260 pages
17,95 $

Par un soir brumeux et pluvieux d’automne, et contre toute attente, la vie de Pierre Vaugeois bascule : le voilà cocu ! Après une brève filature, il en a désormais la certitude c’est bien la Ford Tempo blanche de sa femme qui se trouve au Motel Riviera ! Sa femme avec un autre homme ! Inimaginable pour cet affreux macho aux certitudes inébranlables, inquisiteur, habitué du bar L’Érotica. Sa femme Josée, dont il venait pour ainsi dire de découvrir l’existence, aurait dû se trouver à la maison. Mais bien sûr, comme il ne l’avait pas prévenue, elle ne l’attendait que le lendemain.

De fil en aiguille, le doute fait d’abord place à la stupéfaction qui se transforme rapidement en fureur dans le cœur de Pierre Vaugeois – si tant est qu’il en eût un ! « Ça lui prit d’un coup, le goût de vomir, l’impression de perdre pied, de voir s’ouvrir le plancher sous soi. La haine, ensuite. Pierre Vaugeois venait de passer de l’autre côté du miroir, celui où il voulait commettre un acte vraiment déraisonnable. » Pour assouvir sa vengeance, Vaugeois, dans un moment de rage folle, commet l’irréparable. Si ce n’était de la perspicacité et du zèle d’une jeune policière de la ville de Belœil, Katia Moreau, et des bourdes que commet l’infâme mari, Pierre Vaugeois aurait peut-être pu s’en tirer. Voilà, la table est mise !

Le thriller de Gérald Galarneau est habilement mené, tous les ingrédients y sont : un criminel à l’esprit tordu franchement antipathique, une jeune policière diligente aux idéaux élevés, une atmosphère trouble et tendue, des personnages en détresse Un livre qui ne tient pas vraiment la route si on le compare avec les grands du genre mais, somme toute, un thriller québécois qui se distingue nettement des autres que j’ai lus jusqu’à maintenant. Un début prometteur.

Publié le 25 novembre 2005 à 14 h 11 | Mis à jour le 25 novembre 2005 à 14 h 11