Accueil > Commentaires de lecture > Essai > MONTRÉAL, PAR PONTS ET TRAVERSES

Numéro 78

Sous la direction de Francine Lelièvre

MONTRÉAL, PAR PONTS ET TRAVERSES

Nota bene/Musée d'Archéologie et d'histoire de Montréal, Montréal, 1999
94 pages
22 $

Voici trois livres qui réjouiront l’œil de qui les parcourt ou les lit. De facture totalement différente, ils se rejoignent par la richesse du contenu et des illustrations en présentant des aspects souvent peu connus de Montréal et du fleuve Saint-Laurent.

C’est la cité sous sa pluie de lumière charmante et électrisante que nous présente, avec ses somptueuses photos, Yves Marcoux qui, avec Jacques Pharand, le responsable des textes, en privilégie plusieurs aspects parfois négligés. Car, malgré quelques déchirures (quelle ville n’en a pas ?), la trame urbaine de Montréal demeure humaine, rend possible la vie citoyenne, multiculturelle et l’expérimentation artistique. Des peuples se croisent au gré des saisons, des langues et des futurs dans l’un des environnements les plus sains au monde. Quiconque a un peu voyagé de par le monde sait que cette ville n’a pas l’âme à la poussière. Tout en faisant un tour d’Histoire, on réapprend à apprécier l’architecture multiple et tout en contraste qui témoigne d’une vie à plusieurs azimuts. À commencer par ce fait, essentiel pour comprendre sa circulation sanguine et ses cycles de développement, que Montréal est une île aujourd’hui reliée au monde par dix-huit ponts.

Voit-on alors l’intérêt du fascinant ouvrage Montréal, par ponts et traverses, publié à l’occasion d’une exposition tenue au musée Pointe-à-Callière ? Des chemins d’eau au métro en passant par les chemins de glace et de fer, c’est une incroyable aventure qui se déroule sous nos yeux. Élaboré avec brio, le parcours invite les néophytes en ingénierie (les spécialistes ne seront toutefois pas en reste) à comprendre, à l’aide d’une iconographie et de textes savamment combinés, les subtilités de la conception et de la réalisation des voies d’accès à la métropole. Un livre de pur plaisir, pour ceux et celles qui veulent savoir où ils habitent.

Si on désire rêver et pousser la flânerie, il suffit alors d’emprunter l’une ou l’autre rive du Saint-Laurent. Préfacé par Hubert Reeves, le superbe bouquin de la biologiste Marie-Claude Ouellet, lui aussi richement illustré, offre l’occasion de redécouvrir la géographie et l’écologie du fleuve, sans oublier l’histoire de son peuplement ainsi que la navigation, la pêche et les problèmes de pollution. Une image poétique perdure, que les écrivains charrient dans nos imaginaires assoiffés de parlures et de mythes.

Entre la ville et le fleuve, comment choisir tellement solide est leur mariage ? Trois ouvrages qui montrent qu’en éclairant la beauté, on nourrit la confiance.

Publié le 20 novembre 2014 à 14 h 19 | Mis à jour le 20 novembre 2014 à 14 h 22