Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > MOI, FIGUIER SOUS LA NEIGE

Numéro 152

Elkahna Talbi

MOI, FIGUIER SOUS LA NEIGE

Mémoire d’encrier, Montréal, 2018
82 pages
17 $

Elle embrasse la scène slam du Québec depuis plus de dix ans. Aujourd’hui, Queen Ka cède la voix à Elkahna Talbi, dépose ses mots entre les pages d’un très beau livre et nomme le lieu qui l’habite.

Si le thème était déjà présent dans ses performances, elle s’y abandonne à présent de façon plus intime, avec une vulnérabilité palpable. Le livre s’amorce sur un nécessaire acte de survie : protéger son prénom des déformations langagières. Garder la tête haute et fière. On traverse les textes avec au cœur une sensation d’écartèlement.

« [I]ci on joue à faire comme là-bas / des mises en scène de salon tunisien. » Née à Montréal de parents tunisiens, la narratrice a les repères multiples. Au départ, les yeux sont ceux d’une enfant en vacances en Tunisie qui prend conscience des différences entre les deux pays. Elle fait . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 11 octobre 2018 à 7 h 00 | Mis à jour le 11 octobre 2018 à 7 h 22