Numéro 111

Suzanne Myre

MISES À MORT

Marchand de feuilles, Montréal, 2007
179 pages
21,95 $

Des femmes, des enfants, beaucoup de chats. Et des hommes : qui pénètrent, qui étranglent. Ou des hommes aimés qui disparaissent. Les amateurs de nouvelles québécoises contemporaines connaissent Suzanne Myre et son monde d'urbains solitaires. Depuis J'ai de mauvaises nouvelles pour vous paru en 2001, la prolifique auteure a remporté le prix Adrienne-Choquette en 2004 avec Nouvelles d'autres mères et a été encensée pour la vivacité de sa corrosive écriture. En 2007, elle nous offrait son cinquième recueil, Mises à mort.

Un recueil qui porte bien son titre : les personnages en habitant les pages se meurent, amers qu'ils sont tous de se laisser décevoir par un monde trop léché, trop calculé, illusoire. Puisque ce que la vie leur offre ne suffit pas pour panser le vide du désabusement, leur répartie est prompte. La dérision. Ils se moquent des choses et des autres . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 17 juin 2008 à 8 h 39 | Mis à jour le 26 juin 2015 à 10 h 49