Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA MATIÈRE DE L’ABSENCE

Patrick Chamoiseau

LA MATIÈRE DE L’ABSENCE

Seuil, Paris, 2016
364 pages
34,95 $

« Nous la voulions immortelle, alors nous lui inventions des chemins de lumière, une bacchanale de souvenirs, d’objets concrets, reliques et sensations. » L’absence dont il est question ici est celle de la mère. L’annonce de la mort de Man Ninotte plonge dans la stupeur la « grappe » familiale, y compris le narrateur. Celui-ci tente des années plus tard de compenser la perte, tissant autour de l’absence, à même la « matière de l’absence », une toile littéraire méditative, à la fois réjouissante et attendrie.

La figure de la mère inspire à Patrick Chamoiseau un chapelet de réminiscences, tantôt sur le mode de la rumination, tantôt en forme de réflexion à voix haute échangée avec « la Baronne », sa sœur aînée. Le prolixe narrateur, affectueusement nommé « négrillon » par sa grande sœur, semble tout au long de son témoignage chercher l’approbation de celle à qui revenait, au temps de la vie en famille, la d . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 30 mars 2017 à 16 h 47 | Mis à jour le 30 mars 2017 à 16 h 47