Hervé Bouchard

MAILLOUX

HISTOIRES DE NOVEMBRE ET DE JUIN RACONTÉES PAR HERVÉ BOUCHARD, CITOYEN DE JONQUIÈRE

Le Quartanier, Montréal, 2006
192 pages
17,95 $

Première œuvre publiée par Hervé Bouchard, Mailloux, Histoires de novembre et de juin racontées par Hervé Bouchard, citoyen de Jonquière est un véritable bijou de littérature québécoise. Ce texte ne ressemble en rien à ce que l’on peut retrouver sur les tablettes de nos librairies. Par le biais d’une écriture riche et originale, Hervé Bouchard propose un univers mordant, drôle et touchant.

À mi-chemin entre la poésie et le roman, Mailloux retrace les aventures rocambolesques de Jacques Mailloux, un jeune garçon qui traverse son enfance en supportant le lourd fardeau de son incontinence, honteuse maladie qui pèse sur lui et sur sa famille. Zigzaguant entre les joies et les peines, survivant aux gros et petits drames, le jeune homme grandit et découvre la vie.

Tout dans cette œuvre s’écarte du commun. Les jeux de langue, les néologismes, les inversions, les répétitions et l’utilisation fréquente d’onomatopées s’accordent à merveille pour créer un langage harmonieux, d’une musicalité parfaite. « Puis merde pelle oubliée quelque part dans la procédure, retourner à la pelle tout le cortège puis reprise jusqu’à deux cents mètres au moins avant l’endroit où Mailloux Jacques avait dit là et dire enfin là, creuser donc là, cercueil au fond du trou, cailloux, terre, tap, tap. »

Le texte est un reflet saisissant de ce qui peut trotter dans la tête d’un enfant : naïveté et innocence de la jeunesse prennent le dessus quand vient le temps de raconter la mort, le suicide, la pédophilie, la violence ou l’alcoolisme. La narration de Mailloux, un regard d’enfant sur le monde adulte, ne laisse jamais transparaître la gravité des événements dramatiques qu’il raconte et (pire encore !) propose une vision totalement hilarante des horreurs vécues par les protagonistes.

Mailloux, histoires de novembre et de juin… est un roman moderne, déstabilisant mais puissant et évocateur. La richesse du texte, les jeux de contraste des termes, l’originalité, l’excès, les pulsions, la force d’évocation de chacune des phrases invitent à plonger dans cet univers hors des lieux communs. Comme les autres livres d’Hervé Bouchard, celui-ci vaut la peine d’être lu à voix haute. Rendue à l’oral, cette œuvre devient encore plus fascinante.

Publié le 10 mars 2007 à 11 h 36 | Mis à jour le 4 juin 2014 à 19 h 13