Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’OMBRE DU DOUTE

Lino

L’OMBRE DU DOUTE

Les 400 coups, Montréal, 2006
152 pages
36,95 $

L’intérêt des romans graphiques de Lino, artiste en arts visuels, réside dans le fait que l’auteur est à la fois écrivain et illustrateur. C’est dire que l’angoisse devant le support vide doit être doublement ressentie. Comment décrire en mots et en images le voyage qu’il entreprend ? Ses propos sont sincères mais leur formulation est évidemment mûrement réfléchie. Les illustrations par contre sont plus libres. Elles sont fortes, alliant la peinture, le dessin et le collage. Elles collent parfois au texte, d’autre fois non. Des questions se posent alors : peut-on dire la même chose en mots et en images ? Toujours ? Quelques fois ? Dans un cas ou dans l’autre, de l’image et du mot, lequel a précédé l’autre ? Autant de réponses à trouver et qui ne le seront que dans un rapport sympathique et individuel avec cette œuvre d’art ponctuée de textes ou ce récit abondamment illustré.

Publié le 10 mars 2007 à 14 h 23 | Mis à jour le 7 novembre 2014 à 14 h 24