Accueil > Commentaires de lecture > Essai > L’IMPOSTURE NÉOLIBÉRALE

Jean-Claude St-Onge

L’IMPOSTURE NÉOLIBÉRALE

MARCHÉ, LIBERTÉ ET JUSTICE SOCIALE

Écosociété, Montréal, 2017
254 pages
25 $

Le professeur, écrivain et philosophe québécois J.-Claude St-Onge présente une nouvelle édition, revue et augmentée, de son essai paru originalement en 2000.

Plusieurs chapitres ont été ajoutés afin de refléter l’évolution économique, sociale et politique des dernières années. L’un d’entre eux est même consacré à Donald Trump. De plus, les sections sur les fondements théoriques et philosophiques du néolibéralisme ont été révisées en profondeur.

L’auteur rappelle que la fameuse période de croissance économique et sociale entre 1945 et 1975, connue sous le nom des « Trente Glorieuses », n’a pas eu que des avantages. Il considère que l’appellation « Grand Boom », adoptée par les anglophones, est sans doute mieux adaptée à la réalité puisqu’elle ne tend pas à oblitérer « la crise écologique et les faits historiques peu glorieux ayant marqué cette période ».

Par la suite, notamment à compter des années 1980 (et de l’ère Thatcher-Reagan), a triomphé le néolibéralisme, qui s’est donné comme mission de s’attaquer au filet social mis en place au cours du Grand Boom. Un néolibéralisme imposteur, puisque présentant comme unique force libératrice la défense opiniâtre de la propriété privée. Une primauté de la propriété qui, pourtant, « justifie le rejet des droits économiques et sociaux, tels le droit à des soins de santé et le droit au travail ». Selon les tenants de cette doctrine, « tant que les droits de propriété ne sont pas violés, il n’y a rien d’injuste ». En théorie, le travail des enfants et la vente d’organes seraient, par exemple, légitimes. Une cupidité apparemment sans limite et l’aggravation des inégalités sont des conséquences bien tangibles de sa mise en application.

Donc, dans les faits, loin d’être facteur de liberté, le néolibéralisme, après une quarantaine d’années de règne, a plutôt généré de la désillusion, de la colère et du cynisme envers la politique et les classes dirigeantes. Colère qui a sans doute joué un rôle non négligeable dans des événements inattendus comme le Brexit et l’élection de Donald Trump.

L’imposture néolibéraleest un essai essentiel pour comprendre les enjeux socioéconomiques du XXIesiècle.

Publié le 26 avril 2018 à 13 h 50 | Mis à jour le 26 avril 2018 à 13 h 50