Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’ÉTÉ DE LA VIE

J. M. (John Maxwell) Coetzee

L’ÉTÉ DE LA VIE

Trad. de l’anglais (Australie) par Catherine Lauga Du Plessis
Seuil, Paris, 2010
319 pages
34,95 $

La nouvelle n'a pas fait grand bruit, mais le romancier sud-africain J. M. Coetzee, Nobel 2003, est mort et au sommet de sa forme ! En fait, dans L'été de la vie, Coetzee poursuit son projet autobiographique, entamé en 1997, en imaginant qu'après sa mort, un universitaire anglais, M. Vincent, se prépare à écrire sa biographie. Vincent privilégie les années 1971-1977, marquées par le retour de Coetzee en Afrique du Sud et la parution d'Au cœur de ce pays, son deuxième roman mais son premier succès auprès du public. Vincent est persuadé qu'à cette époque décisive de sa vie, Coetzee se cherchait en tant qu'écrivain. L'été de la vie se présente comme un ensemble de matériel préparatoire à une biographie dont on ne lira pourtant pas la moindre ligne. Vincent expose plutôt le fruit de ses rencontres avec cinq . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 24 juin 2011 à 11 h 43 | Mis à jour le 11 juin 2015 à 17 h 41