Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LES SULPICIENS DE MONTRÉAL

Numéro 109

Dominique Deslandres, John A. Dickinson, Ollivier Hubert

LES SULPICIENS DE MONTRÉAL

UNE HISTOIRE DE POUVOIR ET DE DISCRÉTION

Fides, Montréal, 2007
670 pages
49,95 $

Comment expliquer qu'une présence aussi marquante que celle des Sulpiciens à Montréal soit aussi mal connue ? Cet impressionnant collectif présente plusieurs réponses. D'une part, les « messieurs » de Saint-Sulpice ne sont pas gens de spectacles ni de confidences. D'autre part, venus de Paris, ils se sont souvent comportés comme des métropolitains étrangers aux aspirations de leurs ouailles. À cela s'ajoute le fait, imputable à un individu plus qu'au groupe, que la puissante congrégation fut durement frappée dans sa stabilité économique et contrainte de réviser ses ambitions à la baisse. Quand il faut lancer un SOS aux pouvoirs politiques, on adopte forcément un ton autre que celui du dominateur. L'histoire se montre d'ailleurs cruelle pour Saint-Sulpice : elle accélère la recherche identitaire des Québécois au moment même où les « messieurs de Paris » sont menacés de faillite. La conjoncture ajoutant son poids à celui de la culture sulpicienne, la discrétion s'est impos . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 1 décembre 2007 à 15 h 56 | Mis à jour le 30 juin 2015 à 13 h 49