Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Noah Ridge, un célèbre activiste autochtone à la tête du Red Power Movement, arrive à Chinook afin (officiellement) de faire la promotion de son essai récemment paru. Mais d’autres raisons l’amènent en réalité dans la ville, des raisons qui vont déclencher un enchaînement d’événements mystérieux et dramatiques…

C’est précisément à Chinook que le photographe et ex-policier Thumps DreadfulWater a élu domicile. Lui aussi Autochtone, il a jadis été sympathisant du Red Power et a connu Ridge, dont il n’a pas vraiment conservé un bon souvenir. Au fait de cette ancienne relation et craignant que ses ennemis veuillent s’en prendre au réputé visiteur, le shérif Hockney embauche Thumps à titre d’adjoint temporaire. Il souhaite ainsi parer aux problèmes risquant de survenir dans sa ville. Un limier du FBI, se présentant comme Kiowa, arrive également sur place afin, affirme-t-il, de garder un œil sur le militant.

Les craintes du shérif Hockney s’avèrent rapidement fondées, puisque le cadavre d’un policier du FBI à la retraite est trouvé dans une chambre de motel. L’homme a été assassiné et Thumps ne tarde pas à découvrir qu’il a été autrefois impliqué dans une affaire ayant tourné au drame et à laquelle ont participé plusieurs membres du Red Power Movement. Parmi ceux-ci figurait Lucy Kettle, une femme très active au sein du mouvement et disparue peu après les événements. Dakota Miles, une autre figure importante du Red Power et ancienne amour de Thumps, accompagne Noah Ridge pour sa tournée. Ce qui contribue évidemment à compliquer les choses pour le shérif adjoint temporaire.

Un autre cadavre est bientôt découvert et les choses se précipitent, notamment en ce qui concerne le chef du Red Power Movement. La vérité et le mensonge jouant à cache-cache, il faudra bien du temps et de la sagacité à Thumps pour en arriver à dénouer l’écheveau qui le défie.

Les meurtres du Red Power est un polar efficace aux retournements inattendus et habilement ficelés. La narration et les dialogues y sont empreints d’un humour particulièrement savoureux. Un exemple : « [L’adjoint] Andy ne se montra pas très enthousiaste à l’idée de monter la garde sur une pièce déserte, mais le shérif l’était encore moins à celle de diriger une démocratie ».

Enregistrement