Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES MANGEURS DE RÊVES

Numéro 107

Gordon Dahlquist

LES MANGEURS DE RÊVES

Trad. de l'anglais par Véronique Dassas et Alexandre Sanchez
Les Intouchables, Montréal, 2006
859 pages
29,95 $

Voici un premier roman volumineux et difficile à classer : science-fiction façon Jules Verne ? pur roman d'aventures ? roman d'initiation ? Bien que l'on parle sur la quatrième de couverture d'un roman empreint d'un érotisme noir qui secoue les conventions, les scènes subversives se révèlent bien inoffensives et ne font nullement du roman de Gordon Dahlquist un roman érotique.

Dans un pays qui rappelle l'Angleterre du XIXe siècle se déroule une bien étrange chasse aux sorciers : Celestial Temple, une jeune femme délicate et éconduite par son fiancé, Abélard Swenson, le médecin d'un prince assez quelconque, et Chang, dit « le Cardinal », un tueur à gages vêtu d'un manteau rouge, font fortuitement connaissance alors qu'ils filent les mêmes dangereux perfides manipulateurs qui expérimentent un obscur procédé alchimique à base d'indigo naturel sur des innocents qui soit leur deviennent complètement soumis, soit sont tués.

Gordon Dahlquist entraîne ses . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 juin 2007 à 14 h 21 | Mis à jour le 3 juillet 2015 à 13 h 58