Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES BOTTES SUÉDOISES

Henning Mankell

LES BOTTES SUÉDOISES

Trad. du suédois par Anna Gibson
Seuil, Paris, 2016
352 pages
34,95 $

Avant de disparaître en octobre 2015, l’immense Henning Mankell a trouvé la force d’écrire un dernier roman, Les bottes suédoises, terminé peu avant sa mort. L’auteur avait reçu un diagnostic de cancer début 2014 et cette année-là, pendant ses traitements de chimiothérapie, il avait écrit ses mémoires. L’ouvrage Sable mouvant, Fragments de ma vie était devenu son testament, aux forts accents autobiographiques. Arrivé au bout de sa vie, Mankell a voulu faire un ultime retour à la fiction et partager ses dernières réflexions sur la vie, la vieillesse et la mort. Et l’espoir.

« Le présent récit est la suite indépendante du roman Les chaussures italiennes », précise l’auteur en début de livre, quoiqu’on retrouve avec plaisir les personnages déconcertants des Welin, père et fille. Exilé sur un îlot de la mer Baltique, Fredrick, le médecin . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 31 mars 2017 à 12 h 03 | Mis à jour le 30 mars 2017 à 11 h 29