Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LES AVENTURES DE MISTER JACK EN ASIE
Les aventures de Mister Jack en Asie

Jacques Laurin

LES AVENTURES DE MISTER JACK EN ASIE

Ulysse, Montréal, 2011
191 pages
19,95 $

Avec sa nouvelle collection « Mes voyages », les éditions Ulysse entendent permettre « à tous les lecteurs de s’évader autour du monde l’espace de quelques heures et de goûter le plaisir de voyager par le biais de plumes vivantes et colorées ». Le premier récit de voyage publié dans la collection atteint efficacement cet objectif. L’auteur, Jacques Laurin, chroniqueur, enseignant et auteur d’ouvrages sur la langue française, propose en effet un recueil divertissant de courts textes, d’impressions personnelles, de poèmes et d’anecdotes qui nous font voyager avec lui en Thaïlande, à Taïwan et en Corée du Sud. Pour Laurin, il ne s’agit pas de donner à voir l’Asie à travers une série d’impératifs culturels et historiques convenus – ainsi qu’on en retrouve dans les guides touristiques – : « […] il n’était pas question, précise-t-il, de parler des musées que je visitais ni des paysages que je voyais, mais plutôt du quotidien, des émotions qui alimentaient ma joie de vivre et qui apportaient l’équilibre à cette autre partie de ma vie ». En effet, son récit nous raconte avant tout des petites scènes bien souvent cocasses dans les bars, dans les restaurants, les marchés publics, chez le fleuriste, le coiffeur, à la plage, au salon de massage, etc., bref des moments faits de peu et si anecdotiques qu’aucune frime ou imposture ne pourrait leur enlever leur singularité, dirait Nicolas Bouvier. La plupart du temps, ces aventures et dialogues rapportés avec humour témoignent de « la beauté des joies simples » et de la complicité que Laurin est parvenu à créer au fil du temps, notamment avec les Thaïlandais. À certains moments toutefois, le ton badin laisse place à plus de sérieux, en particulier lorsque l’auteur rappelle comment il a vécu le tsunami du 26 décembre 2004, pendant son séjour à Patong Beach (Phuket). Visiblement, Laurin apprécie et aime les Thaïlandais et ces derniers le lui rendent bien avec leur « gentillesse indéfectible et réconfortante » pour celui qu’ils surnomment affectueusement « Mister Jack ». Il faut espérer que cette première publication de la collection « Mes voyages » sera suivie par d’autres, car plus encore peut-être que ne pourrait le faire un guide touristique, d’une manière différente à tout le moins, ce genre de récits de voyage personnels peut nous donner envie, comme le souhaite Laurin, « de vivre à [notre] tour là-bas des moments de charme et de beauté ».

Publié le 16 mars 2014 à 16 h 28 | Mis à jour le 21 mars 2014 à 13 h 42