Accueil > Commentaires de lecture > Essai > L’ÉPÉE ET LA PLUME

Numéro 108

Arnaud Balvay

L’ÉPÉE ET LA PLUME

AMÉRINDIENS ET SOLDATS DES TROUPESDE LA MARINE EN LOUISIANE ETAU PAYS D'EN HAUT (1683-1763)

Presses de l'Université Laval, Québec, 2006
345 pages
40 $

Le titre, malgré sa précision et peut-être à cause d'elle, risque d'effrayer. Ce serait dommage, car Arnaud Balvay livre avec clarté et rigueur une masse d'informations rarement regroupées. Il rattache (mieux que notre nombrilisme québécois) la Louisiane et le Pays d'en Haut. Il évalue les stratégies d'occupation et surtout les forts. Il constate que la France ne cherche pas l'implantation. Quant aux troupes expédiées par la France, Balvay est net : « [...] les militaires envoyés par la France en Amérique du Nord entre 1683 et 1755 appartiennent tous aux troupes de la marine ». C'est à eux d'abord que l'auteur s'intéresse. Ces soldats vivront longuement dans des endroits secoués par tous les commerces. Ils sont si mal approvisionnés qu'ils doivent tout aux Autochtones. La traite, plus qu'une preuve de cupidité, est une condition de survie. Mariages, unions « à la mode du pays » et métissages s'ensuivront. Les missionnaires regardent ailleurs . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 octobre 2007 à 16 h 09 | Mis à jour le 2 juillet 2015 à 9 h 26