Accueil > Commentaires de lecture > Essai > L’ENCRE DES SAVANTS EST PLUS SACRÉE QUE LE SANG DES MARTYRS

Aziz Farès

L’ENCRE DES SAVANTS EST PLUS SACRÉE QUE LE SANG DES MARTYRS

XYZ, Montréal, 2016
125 pages
18,95 $

À la suite des nombreux attentats islamistes commis ces dernières années en Occident, et qui ont marqué nos consciences, on a parfois reproché aux musulmans d’ici leur silence à l’égard de ces méfaits.

Voilà l’une de ces voix, intelligente, lucide, éclairée, celle d’Aziz Farès, essayiste d’origine algérienne vivant à Montréal et animateur d’une émission de radio. Farès pose un regard cru sur l’islam au XXIe siècle : une religion « où les interprétations se sont figées dans une doxa que certains voudraient rendre plus absolue que le texte coranique lui-même ».

Arrivé au Québec en 1996, Aziz Farès déplore que « l’hydre totalitaire islamiste [ait] déployé jusqu’ici ses tentacules, en faisant avancer, subtilement, ses troupes dissimulées sous le voile pudique de la religion ». Ces zélotes, camouflés sous la Charte des droits et libertés de la personne, s’expriment pour demander des accommodements « qui n . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 10 juin 2016 à 16 h 45 | Mis à jour le 7 juillet 2016 à 14 h 36