Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE TESTAMENT D’OLYMPE

Numéro 123

Chantal Thomas

LE TESTAMENT D’OLYMPE

Seuil, Paris, 2010
309 pages
27,95 $

À lire pareil récit, on préférerait croire à l'intrusion massive et incontrôlée d'une imagination cruelle: de tels destins révoltent l'âme. Si l'on s'attache à la toile de fond, cette échappatoire est pourtant vaine, tant Chantal Thomas traverse l'histoire vérifiable d'un pas assuré et y trouve corroboration de ses vues. Certes, nul ne possède le compte rendu intégral des conversations entre les deux jeunes sœurs et leurs contemporains, mais tout est infiniment et tristement plausible et, selon le principe, l'auteure ment vrai. Seuls échappent à l'opacité de ce ciel tourmenté les quelques caprices d'une favorite royale trop confiante en sa beauté. Ces sursauts ne parviennent pas à alléger l'atmosphère, puisqu'ils sont tôt suivis d'une implacable réaffirmation d'un ordre injuste. À peine avait-on eu le temps de croire que, si Ursule devenue Olympe s'était mieux résignée à sa condition subalterne, le pire aurait été évit . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 24 juin 2011 à 17 h 58 | Mis à jour le 11 juin 2015 à 18 h 12