Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE QUATUOR DE JÉRUSALEM T. 2

Numéro 103

Edward Whittemore

LE QUATUOR DE JÉRUSALEM T. 2

JÉRUSALEM AU POKER

Trad. de l'américain par Jean-Daniel Brèque
Robert Laffont, Paris, 2005
468 pages
45,95 $

C’est dans la ville sainte qu’Edward Whittemore propose au lecteur de se déplacer dans ses deux romans de science-fiction réunis sous le titre Le quatuor de Jérusalem : Le codex du Sinaï et Jérusalem au poker. L’élément déclencheur de l’intrigue réside dans la découverte, par Skanderberg Wallenstein, d’une « Bible originelle » jamais lue jusqu’alors, remplie d’événements et de faits historiques qui risqueraient, s’ils étaient connus de tous, de remettre en cause l’ordre du monde, le plongeant dans un chaos sans précédent. « Imaginez ce qui se produirait si [l’on] venait à penser que Mahomet avait vécu six siècles avant Jésus-Christ et non six siècles après. Et si le Christ n’avait été qu’un prophète mineur à l’époque d’Élie. » Pour remédier à la situation, Wallenstein entreprend de rédiger une contre-façon de cette Bible. Son entreprise s’échelonnera sur sept années.

Sur une longue période de temps (de 1784 à 1945), divers protagonistes seront amenés à se rencontrer à Jérusalem et tenteront de se rapprocher des deux livres sacrés. Une quête sous-tend alors les romans, quête qui, plutôt que de mener aux objets convoités, dirige les personnages vers leur intériorité et vers leur propre finitude. Histoire complexe que celle-là, qui se révèle riche de repères temporels, de personnages, de références culturelles et bibliques, et qui commande une lecture attentive.

Les amateurs de science-fiction trouveront leur plaisir dans cette aventure excentrique qui repousse les limites de la raison – en effet, le thème de la folie, que ce soit sous la forme du délire paranoïaque ou des troubles de la personnalité, est amplement exploité – et celles du temps. Ils navigueront aisément entre les familles royales, les lieux et les époques. Une lecture divertissante, en somme, qui oblige le lecteur, l’espace d’un instant, à se dessaisir de toute conception tangible du monde connu pour se laisser entraîner dans un voyage empreint de magie, dans un univers tourmenté, certes, mais qui se veut des plus rafraîchissants.

Publié le 17 juin 2006 à 12 h 15 | Mis à jour le 1 février 2015 à 8 h 47