Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LA NATION À L’ÉPREUVE DE L’IMMIGRATION

Numéro 108

Guillaume Rousseau

LA NATION À L’ÉPREUVE DE L’IMMIGRATION

LE CAS DU CANADA, DU QUÉBEC ET DE LA FRANCE

Du Québécois, Québec, 2006
158 pages
18,95 $

Le bouquin est court, articulé, documenté, capable de mémoire autant que d’audace. Il tombe pile pour étoffer le débat qui oppose, soit dit avec simplisme, homogénéité et multiculturalisme. Entre les deux, Québec navigue. « La spécificité du modèle québécois semblait découler du fait qu’il était animé par une volonté pragmatique de concilier autant que possible tous les droits, alors que l’intégration républicaine faisait primer le principe abstrait de la laïcité et que le multiculturalisme renforçait la liberté de religion au point où elle prenait le pas sur les autres droits. » Accommodements raisonnables ?

Rousseau ne se berce pas d’illusions. Astreindre le palier collégial à la loi 101 n’est pas chose faite. Réduire les subventions aux écoles privées non plus. La clarté et le professionnalisme de l’auteur imposent pourtant le respect. Son insistance sur le volet linguistique prouve qu’à ses yeux la langue est le plus puissant facteur de cohésion sociale. Admettons-le, en rappelant, à partir du résultat français, que d’autres forces ont contribué à imposer l’homogénéité. Le service militaire par exemple.

Publié le 8 octobre 2007 à 9 h 42 | Mis à jour le 8 octobre 2007 à 9 h 42