Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LA MALÉDICTION HILLIKER

James Ellroy

LA MALÉDICTION HILLIKER

MON OBSESSION DES FEMMES

Trad. de l’américain par Jean-Paul Gratias
Rivages, Paris, 2011
278 pages
29,95 $

« Je détestais ma mère parce que je la désirais de diverses façons, toutes inqualifiables. » C'est l'aveu que fait James Ellroy au début de La malédiction Hilliker où il revient, après Ma part d'ombre paru en 1995, sur l'assassinat de sa mère, Jean Hilliker, alors qu'il n'avait que dix ans. Si Ma part d'ombre se lisait comme un rapport d'enquête sur un meurtre, La malédiction Hilliker se lit comme la confession d'un « serial lover » un rien incestueux.

Toute sa vie, Ellroy a été obsédé par les femmes, surtout par celles qui avaient l'allure et la dégaine de sa mère. Éros et Thanatos se trouvent ainsi très tôt liés à son désir amoureux. Il le sait, sa libido porte en elle quelque chose de destructeur d'où la malédiction . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 25 juin 2011 à 17 h 20 | Mis à jour le 12 juin 2015 à 15 h 46