Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LA MAISON DU RETOUR

Jean-Paul Kauffmann

LA MAISON DU RETOUR

Nil, Paris, 2007
295 pages
29,95 $

Apaisant. Tant pour l'auteur que pour les lecteurs. Telle est l'expression qui vient au cœur et aux lèvres à la lecture de La maison du retour de Jean-Paul Kauffmann, otage français au Liban de 1985 à 1988. Célèbre malgré lui, l'ancien journaliste de L'Événement du jeudi met seize ans à raconter son retour à la vie, tel « un plongeur qui remonte par paliers ».

Lentement - et il serait bien malvenu d'être plus pressé que lui -, Kauffmann parle de la découverte et de l'achat des Tilleuls, ancien bordel pour officiers allemands, situé au cœur des Landes de Gascogne, près de Bordeaux. « Ce qui me plaît dans les Landes, c'est l'absence de clôtures », admet cet ex-prisonnier politique.

Kauffmann suit de près, avec prudence, la rénovation de cette demeure ; il la fait sienne avec un rien de détachement. « Il est classique de comparer l'appropriation d . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 1 décembre 2007 à 16 h 36 | Mis à jour le 30 juin 2015 à 13 h 58