Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA MAISON D’ÉLISABETH

Numéro 111

Éric Rohmer

LA MAISON D’ÉLISABETH

Gallimard, Paris, 2007
346 pages
22,75 $

Ce premier roman d'Éric Rohmer fut rédigé en 1944 et publié dans la collection « Blanche » de la NRF, en 1946, sous le pseudonyme de Gilbert Cordier. Ce livre, alors intitulé Élisabeth, était passé inaperçu ; d'ailleurs, très peu de bibliographies consacrées à Rohmer le mentionnaient. La maison d'Élisabeth paraît ici dans son intégralité, sans aucune retouche, et est suivi d'un entretien récent et très instructif dans lequel le réalisateur âgé de 86 ans situe brièvement les influences littéraires de sa jeunesse, citant principalement William Faulkner et John Dos Passos. Cette « maison » d'Élisabeth désigne en fait l'entourage immédiat du personnage, composé de quelques amis réunis pour la baignade, au cours d'un été. Le récit est presque minimaliste et tout en retenue : on réfléchit à voix haute, on bavarde, on lit, on mange, on flirte ; on cultive ses amitiés. Les personnages f . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 17 juin 2008 à 9 h 02 | Mis à jour le 26 juin 2015 à 10 h 52