Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LA GRANDE TRAVERSÉE DE LA GASPÉSIE

Sous la direction de Toumani Kouyaté, Sylvain Rivière

LA GRANDE TRAVERSÉE DE LA GASPÉSIE

LE PAYS INTÉRIEUR

Trois-Pistoles, Trois-Pistoles, 2009
219 pages
59,95 $

Décidément, la Gaspésie a la cote ! Depuis quelques années, plusieurs beaux ouvrages lui ont été consacrés : La Gaspésie vue du ciel de Henri Dorion et Pierre Lahoud, mais aussi Fabuleuse Gaspésie de Claude Bouchard, Yves Marcoux et le même Sylvain Rivière ‘ écrivain spécialiste de cette région immense. Il faudrait également mentionner la réimpression récente, chez un éditeur du Montana, du livre de l’abbé Jean-Baptiste Antoine Ferland paru au XIXe siècle : La Gaspésie, rédigé en 1877.

Album richement illustré, La grande traversée de la Gaspésie ne saurait se réduire à une simple succession de photographies en couleurs, mais s’apparenterait plutôt à un carnet de voyage de ces voyageurs téméraires de 2008 qui ont traversé la péninsule gaspésienne en plein hiver, en skis, à travers des sentiers enneigés, via le mont Jacques-Cartier, le mont Albert, les monts Chic-Chocs. Ce n’est donc pas un « tour de la Gaspésie » : on la traverse par l’intérieur au lieu de la contourner !

Une volonté poétique et parfois épique a guidé les auteurs. Au fil des pages, plusieurs courts poèmes de Toumani Kouyaté s’offrent comme des odes à la Gaspésie, dans lesquelles les paysages linéaires de la neige et du froid trouvent un écho contrasté dans l’évocation de l’Afrique désertique dont le poète se souvient : « Voyage au pays des rencontres / du Sahel au désert blanc, / des dunes du Kalahari aux vallées du Grand Canyon ».

Sur le plan éditorial, le principal problème de cet ouvrage réside dans son manque de précision. Par exemple, on retranscrit au passage le texte de la chanson « Tit-Nor » [sic] de Gilles Vigneault, mais on ne mentionne nulle part l’année de publication. Ailleurs, on cite intégralement le texte de la chanson « Cartier », chantée par Robert Charlebois, mais on néglige de préciser que les paroles sont de Daniel Thibon ‘ un voyageur venu de France, devenu un amoureux du Québec. Plus loin, devant une adaptation d’une belle toile montrant l’arrivée de Jacques Cartier à Gaspé, on se demande de qui sont l’œuvre originale et sa copie. Où peut-on les admirer ? C’est souvent frustrant car aucune photo n’est accompagnée d’une légende (sauf dans les crédits à la fin du livre) ; les images anciennes ne sont pas datées. On ignore qui sont les nombreuses personnes aperçues au fil des pages. On comprendra que La grande traversée de la Gaspésie n’est pas un guide touristique, mais un ouvrage plus proche du littéraire, qui comporte néanmoins plusieurs photographies éclatantes.

Publié le 20 septembre 2009 à 22 h 00 | Mis à jour le 12 novembre 2014 à 10 h 51