Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA CORDE À LINGE
La corde à linge

Max Férandon

LA CORDE À LINGE

La Bagnole, Montréal, 2013
171 pages
16,95 $

Premier roman de Max Férandon, Monsieur Ho avait séduit les lecteurs avec ses personnages colorés et sa langue, magnifique.

L’écrivain franco-québécois récidive avec La corde à linge, un conte moderne qui possède les mêmes qualités et charmes.

Bien qu’il s’adresse à des adolescents, le roman plaira à tous, car gaieté et fantaisie sont au rendez-vous. « [R]oman fleuri », ainsi défini par l’éditrice qui a inventé un nouveau genre littéraire, « veut dire que la chose qu’il qualifie est fraîche, colorée, et faite de jolis détails ». Tout à fait d’accord.

L’histoire est simple – et totalement rocambolesque. Deux jeunes Londoniens en vacances à Champfleury, en France, décident d’offrir aux villageois un service Internet via une corde à linge, ce qui ne se fera pas sans bousculer vieilles habitudes et vision pass . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 4 avril 2014 à 20 h 31 | Mis à jour le 4 juin 2015 à 10 h 09