Accueil > Commentaires de lecture > Essai > JULOS BEAUCARNE

Numéro 89

Laurence Vanbrabant

JULOS BEAUCARNE

Isabelle Quentin, Montréal, 2002
159 pages
24,95 $

Comme elle l’admire ! C’est la réaction spontanée qui vient après la lecture du premier livre de Laurence Vanbrabant, consacré à ce grand chanteur belge, par ailleurs écrivain et lui-même biographe de Jacques Brel. L’essai de cette inconditionnelle de Julos Beaucarne s’inscrit logiquement dans l’esprit de cette nouvelle collection, « Groupie ». Biographe consciencieuse, Laurence Vanbrabant partage avec le lecteur son pèlerinage intellectuel et se rend à Écaussinnes en Belgique, lieu de naissance de Julos Beaucarne. Elle décrit les lieux et les réminiscences présentes dans les chansons du poète, survolant ainsi plusieurs moments de sa carrière. Mais Julos Beaucarne, c’est aussi la conscience écologiste à tous les niveaux ; même lors de l’inauguration du tunnel sous la Manche en 1994, celui-ci demandait à ce que l’on aménage une piste cyclable en plus des trois tubes destinés aux transports motorisés.

Les 21 petits chapitres de l’ouvrage analysent surtout des aspects de l’artiste et de l’œuvre selon des angles parfois inusités : la symbolique des chiffres qui causent des coïncidences, ses jeux de mots, son amour des femmes, ses influences littéraires (Victor Hugo, Molière, Jacques Brel). On y traite cependant peu des aspects musicaux, mélodiques : les tonalités et les accords, les arrangements, les orchestrations. Ce livre conviendra bien sûr aux inconditionnels de Julos Beaucarne, mais renseignera aussi les lecteurs qui ne connaissent pas encore son œuvre. On trouve en fin de volume un glossaire comprenant plusieurs des mots inventés par le poète, une discographie complète (de références européennes, avec les 45 tours) et une liste de ses livres, soit 22 titres en trente ans !

Publié le 7 août 2003 à 16 h 58 | Mis à jour le 26 novembre 2014 à 16 h 02