Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > JOURNAL D’HIRONDELLE

Amélie Nothomb

JOURNAL D’HIRONDELLE

Albin Michel, Paris, 2006
137 pages
24,95 $

Avec la rigueur d'un métronome, Amélie Nothomb nous présente, comme chaque année, son roman de la rentrée littéraire. C'est donc avec une curiosité scrupuleuse que je me suis attaquée à cette quinzième œuvre de l'auteure prolifique au faciès énigmatique.

Voici donc l'histoire d'un homme anonyme qui décide, à la suite d'un chagrin d'amour, d'anesthésier ses sens dans l'espoir de geler sa peine. Cette privation de toute sensation s'accompagne toutefois d'une incapacité à discerner le bien du mal. Tentant de ressusciter ses émotions et les plaisirs charnels, le narrateur a tôt fait de se trouver une nouvelle identité et un nouveau boulot qui lui procureront une excitation inconnue jusqu'à ce jour Il se nomme désormais Urbain et est tueur à gages. Un jour, Urbain se voit attribuer la mission de liquider un ministre et sa famille. Il s'éprend alors d'une de ses victimes et le seul héritage qu . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 10 mars 2007 à 15 h 37 | Mis à jour le 3 juillet 2015 à 14 h 55