Numéro 96

Denise Boucher

JÉZABEL

Les Herbes rouges, Montréal, 2003
94 pages
14,95 $

Denise Boucher, c’est, bien sûr, l’auteure de Les fées ont soif mais, aussi, de nombreux textes de chansons pour Pauline Julien, Louise Forestier, Gerry Boulet, Dan Bigras, Chloé Sainte-Marie, etc. et ce, depuis plus d’une trentaine d’années. Elle publiait Jézabel en novembre 2003, dernier volet d’une trilogie dramatique incluant Les fées ont soif et Les divines.

Fidèle à sa thématique féministe, Denise Boucher s’intéresse à Jézabel, personnage biblique Fille d’Ethabaal, roi des Sidoniens, qui fera adopter le culte de Baal, Jézabel épousera Achab et deviendra, à la suite du décès de ce dernier, reine d’Israël ; elle imposera la Grande Déesse, Astarté, et fera mettre à mort les prophètes du Dieu d’Israël Le texte de Denise Boucher, une « tragédie-gospel » de facture classique (avec chœurs, chants inspirés du « Cantique des cantiques », etc.), nous raconte les derniers jours de la reine d’Israël qui affronte retour du prophète Élie (joué par Jean-Louis Millette lors de la lecture-spectacle de janvier 1987) et les menaces d’insurrection de Jéhu, général des armées. Les conséquences de ces tiraillements pour le pouvoir se font sentir, toujours selon le mythe biblique, jusqu’à aujourd’hui.

La mise en place est plutôt lente (la complexité du sujet l’oblige peut-être ?), mais le texte a la richesse de la poésie de Denise Boucher. Les chants, par exemple, devaient prendre toute leur ampleur sur scène lorsque Gerry Boulet les interprétait On peut presque entendre sa voix rauque en lisant ces poèmes aux connotations symboliques. Ils en prennent, en fait, une toute autre couleur, une toute autre puissance ! Jézabel, à la manière de Les fées ont soif, se savoure lentement et, peut-être un peu à l’image de l’auteure, n’obtiendra pas une reconnaissance immédiate.

Publié le 6 octobre 2004 à 14 h 34 | Mis à jour le 29 novembre 2014 à 12 h 47