Accueil > Commentaires de lecture > Essai > J’AI CE QUE J’AI DONNÉ

Numéro 113

Jean Giono

J’AI CE QUE J’AI DONNÉ

Gallimard, Paris, 2008
223 pages
33,95 $

Ce livre attachant rassemble une centaine de lettres intimes et familiales de Jean Giono (1895-1970), connu ici pour sa nouvelle « L'homme qui plantait des arbres » (1954), qui fut adaptée au cinéma par Frédéric Back. Cette correspondance inédite est annotée par la seconde fille du romancier, Sylvie Durbet-Giono, et paraît dans la collection « Haute enfance », spécialisée dans les écrits de jeunesse ou les fictions à propos des jeunes.

Plusieurs des premières lettres reproduites ici sont rédigées par le jeune Giono, qui s'adressait tendrement à ses parents en les appelant « mes deux vieux chéris ». Une sélection a été opérée, puisqu'au départ, Giono avait rédigé plus de 500 lettres seulement à ses parents. Certaines années (1954-1956) ne sont pas du tout couvertes dans ce livre. De plus, les réponses reçues par Giono n'y figurent pas. Dans la première moitié du recueil, le futur écrivain raconte son quotidien . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 13 décembre 2008 à 12 h 36 | Mis à jour le 25 juin 2015 à 11 h 09