Accueil > Commentaires de lecture > Essai > ITINÉRAIRE D’UN ENFANT TRÈS GÂTÉ

Numéro 83

Jean-Philippe Chatrier, Claude Lelouch

ITINÉRAIRE D’UN ENFANT TRÈS GÂTÉ

Robert Laffont, Paris, 2000
315 pages
29,95 $

Le réalisateur français Claude Lelouch a tourné, en marge de la Nouvelle vague (1958-1962), plusieurs longs métrages mémorables, surtout entre 1966 et 1993 : Un homme et une femme (avec Anouk Aimée), L’aventure, c’est l’aventure (avec Jacques Brel), Les uns et les autres, Viva la vie et Tout ça… pour ça ! (avec Fabrice Luchini). Son livre nous permet d’abord de comprendre l’origine de son style si particulier ­ caractérisé par la surabondance de mouvements de caméra acrobatiques ­ alors qu’il assistait au tournage de Quand passent les cigognes (Palme d’or à Cannes en 1958), du cinéaste russe Mikhaïl Kalatozov, qui comporte les mouvements de caméra les plus spectaculaires de toute l’histoire du cinéma !

De l’enfance en Algérie jusqu’à ses premiers échecs de jeune cinéaste qui ne l’ont pourtant jamais découragé, Lelouch fait preuve d’une persévérance contagieuse et admirable. Il a su débuter sa carrière en ayant à dos la puissante clique des Cahiers du cinéma, et gagner l’appui de partenaires vraiment talentueux comme Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée, qui allaient ensemble contribuer (avec le compositeur Francis Lai) à créer son premier chef-d’œuvre, Un homme et une femme, qui remporte en 1966 la Palme d’or du Festival de Cannes et reçoit par la suite une quarantaine de prix lors de festivals internationaux.

Cette autobiographie nous plonge dans le monde du cinéma, avec ses actrices capricieuses (Anouk Aimée, Bulle Ogier, Romy Schneider ­ qui refusera de tourner avec Lelouch uniquement parce qu’il n’était pas prisé par les journalistes des Cahiers du cinéma). La subjectivité des cinéastes nous frappe, par exemple lorsque Lelouch se retrouve dans le jury du Festival de Cannes et qu’il en démissionne avec fracas, ou lorsque le réalisateur de Rocky, John Avildsen, tourne à Hollywood un remake de La bonne année en supprimant tous les flash-back contenus initialement dans le film de Lelouch (au grand dam de celui-ci) !

Lelouch se raconte avec un enthousiasme mêlé de passion et se révèle être un infatigable créateur, toujours en train de faire fructifier une bonne idée. On lit son livre avec plaisir.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 7 novembre 2014 à 14 h 52