Orhan Pamuk

ISTANBUL

SOUVENIRS D'UNE VILLE

Trad. du turc par Savas Demirel, Valérie Gay-Aksoy et Jean-François Pérouse
Gallimard, Paris, 2007
445 pages
39,95 $

La Turquie contemporaine, celle qui fascine mais effraie, celle qui fait couler beaucoup d'encre, est ici racontée de l'intérieur par Orhan Pamuk, un de ses enfants les plus illustres. Après les succès de Mon nom est rougeet Neige, entre autres titres traduits en plus de quarante langues, le Prix Nobel 2006 raconte son enfance à Istanbul, ville mythique située entre Orient et Occident.

Fondée en 667 avant Jésus-Christ par les Argonautes, dit-on, Byzance est grecque. Mille ans plus tard, en 330, Constantin lui donne son nom – Constantinople – et en fait la capitale de l'Empire romain d'Orient. Un deuxième millénaire passe. En 1453, les nouveaux conquérants ottomans la nomment Istanbul.

Troisième en titre à régner sur la région, l'Empire ottoman – fondé par les Turcs – a duré plus de 600 ans. Après la défaite de la guerre de 1914 . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 1 décembre 2007 à 16 h 48 | Mis à jour le 30 juin 2015 à 14 h 02