Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > IL FAUT PRENDRE LE TAUREAU PAR LES CONTES

Numéro 93

Fred Pellerin

IL FAUT PRENDRE LE TAUREAU PAR LES CONTES

Planète rebelle, Montréal , 2003
20,95 $

Pour qui aime savourer les aspects anecdotiques de la vie, les contes du village de Saint-Élie de Caxton que nous offre Fred Pellerin renferment des trouvailles plus qu’intéressantes. Le livre et le disque compact qui les font revivre s’inscrivent d’emblée parmi les trésors de la tradition orale.

Sur CD, la voix de Fred Pellerin possède un pouvoir d’évocation digne des grands conteurs : il réussit à nous convaincre de la réalité de ses histoires. S’il en rajoute un peu pour nous amuser, une bonne partie de ses récits semblent inspirés d’histoires vraies.

Babine, le fou du village, se retrouve au cœur d’anecdotes croustillantes, irrévérencieuses et même scabreuses, mais qui nous réjouissent malgré nous. C’est la force de Fred Pellerin : rendre sympathique ce qui, objectivement, demeure douteux. Un fou de village qui pisse dans la bouteille de lait du curé ne mériterait normalement pas de faire rire. Mais sous la plume de Fred Pellerin, ça réussit à amuser.

Dans leur version écrite, qui diffère de celle du CD, les contes souvent bouffons, parfois subtils, possèdent le caractère spontané du texte parlé. C’est à la fois leur force et leur faiblesse, car on reprochera sûrement à l’auteur une écriture peu châtiée dans laquelle il s’autorise des libertés de style, d’orthographe et de grammaire qui en feront tiquer plus d’un. Le frette, le shed, le « ça peut pas z’attendre », tout est permis dans ces juteuses chroniques d’un village de la Mauricie. Amusants malgré tout, malgré nous, ces contes réussissent à nous atteindre.

Publié le 11 décembre 2003 à 9 h 51 | Mis à jour le 11 décembre 2003 à 9 h 51