Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > HUNTER S’EST LAISSÉ COULER
Hunter s'est laissé couler

Judy Quinn

HUNTER S’EST LAISSÉ COULER

L’Hexagone, Montréal, 2012
176 pages
24,95 $

Histoire à suspense : Qui raconte ? Qui est l'aviateur fugitif caché dans ce tuyau d'un bateau de guerre qui amorce la traversée de l'Atlantique vers Halifax ? En quoi serait-il objet de honte pour ses parents ? Et ses deux sauveteurs, Tranché mince et Chou frisé, tous deux marins sur le Cowichan, qu'est-ce qui les motive ? L'histoire nous tient en haleine, la romancière ayant su semer des indices avec habileté, de sorte que la lecture s'avère ludique. Elle aura toutefois eu soin de prévenir son lecteur, dès l'incipit, que «[l]es événements ne s'enchaînent pas, ils sont des points isolés qu'on relie désespérément par des traits pour créer des formes. »

Car ce qui suscite la plus grande admiration, dans ce premier roman de Judy Quinn, lauréate du prix Robert-Cliche 2012, c'est la manière, justement, l'écriture, cette sp . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 28 mars 2014 à 15 h 03 | Mis à jour le 21 avril 2017 à 14 h 26