Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > FEMMES RAPAILLÉES

Sous la direction de Isabelle Duval, Ouanessa Younsi

FEMMES RAPAILLÉES

Mémoire d’encrier, Montréal, 2016
235 pages
24,95 $

Le recueil Femmes rapaillées réunit les paroles d’une quarantaine de femmes « avec et contre » Gaston Miron. Si certains peuvent s’étonner qu’un groupe de femmes choisisse la figure tutélaire d’un homme, il nous semble au contraire que les paroles réunies ici écrivent dans le sillon de L’homme rapaillé, incontournable ancrage de notre imaginaire moderne. Ce geste de continuité vise à s’approprier cette parole, à se rappeler qu’elle appartient aussi aux femmes qui viennent. Le recueil est aussi parsemé de citations de voix féminines incontournables de la poésie d’ici (Hélène Monette, Josée Yvon, Louky Bersianik, etc.) nous rappelant qu’il ne s’agit pas de sanctifier davantage la figure d’un poète unique, mais au contraire de croiser les héritages.

Il est bien entendu impossible, dans l’espace qui nous est imparti, de rendre compte de la richesse de toutes ces voix, mais notons que l’ensemble . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 12 juillet 2016 à 11 h 43 | Mis à jour le 12 juillet 2016 à 11 h 43