Évangeline

Joseph Yvon Thériault

ÉVANGÉLINE

CONTES D’AMÉRIQUE

Québec Amérique, Montréal, 2013
400 pages
34,95 $

La plupart des groupements nationaux ont pu bénéficier d’un récit de fondation, soit une œuvre majeure qui permette de donner du sens au social, de l’organiser à partir d’un ancrage de représentations qui témoignent d’un certain « génie » de la nation. Ainsi, il n’est a priori rien d’étonnant au fait que le poème Evangeline, A tale of Acadia de l’Américain Henry Wadsworth Longfellow ait pu être soumis à une semblable instrumentalisation. Ce qui toutefois suscite l’intérêt de la part de l’essayiste et sociologue Joseph Yvon Thériault dans Évangéline, Contes d’Amérique, c’est que ce même récit poétique ait pu servir à l’érection de trois « références » distinctes, qui constituent autant de catégories sociologiques à partir desquelles il entend étudier la récupération et l’influence de l’œuvre de Longfellow : la . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 4 avril 2014 à 21 h 54 | Mis à jour le 4 juin 2015 à 10 h 27