Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Le titre est au diapason du texte : il promet un décapant que l'ouvrage répandra avec efficacité, culture et bonne humeur. Caustique, l'auteur sait l'être à ses dépens autant qu'à ceux des clichés, des scléroses, des frilosités. Il s'applique même une médecine plus sévère qu'à ses contemporains. Il estime, par exemple, avoir déjà dit tout ce qui, à ses yeux, « valait la peine d'être dit », alors que le lecteur a sous les yeux la preuve qu'Henrie doit écrire encore et encore. En déclarant qu'il n'écoute plus d'histoires et n'en lit plus, Maurice Henrie, une fois encore, sous-estime indûment sa propre production. On lui doit, en effet, plusieurs superbes romans : Le balcon dans le ciel (Prise de parole, 1995, prix Trillium), La chambre à mourir (L'instant même, 1988), Une ville lointaine (L'instant même, 2001)...

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?