Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Mai 1940 : l’armée allemande, mettant en œuvre la stratégie du blitzkrieg (guerre éclair), avance rapidement en territoire français. Les troupes françaises sont prises au dépourvu. Il en va de même du Corps expéditionnaire britannique, fort de plusieurs centaines de milliers d’hommes, venu à la rescousse.
Les Alliés, forcés de laisser derrière eux de grandes quantités de matériel militaire, doivent se replier en vitesse. Le gros de l’armée en retraite se voit ordonner de se diriger vers Dunkerque, un port qui n’est pas encore tombé aux mains de l’ennemi. Si bien qu’une véritable armée se retrouve à Dunkerque, coincée entre la mer et l’inexorable avancée allemande. Les Britanniques, sous la gouverne de Churchill, doivent organiser à l’improviste leur évacuation vers l’Angleterre. Une véritable armada est rassemblée à cette fin, constituée de bâtiments de toutes catégories : destroyers, chalutiers, bateaux d’excursion . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement