Accueil > Commentaires de lecture > Essai > DRUMMONDVILLE, L’INDUSTRIEUSE

Jean-Claude Cloutier

DRUMMONDVILLE, L’INDUSTRIEUSE

GID, Québec, 2020
207 pages
34,95 $

Après quantité d’ouvrages illustrés portant sur la Gaspésie, la Côte-Nord, et pratiquement tous les coins du Québec, le 63e titre de la collection « 100 ans noir sur blanc » est entièrement consacré à Drummondville, et ce n’est que justice.

Le principe de Drummondville, l’industrieuse est le même que pour les titres précédents : près de 200 photographies prises entre 1860 et 1960 racontent la petite histoire de cette ville-carrefour. Lui-même Drummondvillois, Jean-Claude Cloutier résume deux siècles d’histoire, et son introduction rappelle d’emblée que « la communauté anglophone est dominante au moment de la fondation de la ville », en 1815. Drummondville, l’industrieuse se divise en cinq sections montrant des paysages, des commerces et le marché public, des industries comme la tannerie ou la fonderie, les grands chantiers et pour finir diverses scènes de la vie quotidienne drummondvilloise, avec une . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 19 octobre 2020 à 12 h 25 | Mis à jour le 23 octobre 2020 à 14 h 50