Accueil > Commentaires de lecture > Essai > CURIOSITÉS DE QUÉBEC, T. 2

Numéro 161

Jean-François Caron, Pierre Lahoud

CURIOSITÉS DE QUÉBEC, T. 2

GID, Québec, 2019
223 pages
24,95 $

Jean-François Caron et Pierre Lahoud avaient fait paraître dans la collection « Curiosités » un premier tome consacré à Québec en 2016, mais pour quiconque connaît bien cette ville, elle semblera inépuisable en fait de beautés et de particularités méconnues. Suivez les guides !

Pour la définir simplement, une curiosité est une caractéristique visible mais souvent incompréhensible, qu’il faut interpréter, c’est-à-dire lui donner un sens (historique, symbolique, patrimonial) en la contextualisant. C’est le travail de mémorialisation auquel tout bon historien fera écho.

Pour ce second tome consacré à la région de Québec, Jean-François Caron et Pierre Lahoud sortent des circuits habituels des vieux murs pour nous plonger dans plusieurs des anciennes municipalités de Charlesbourg, Beauport , Loretteville et celles près du lac Saint-Charles, désormais fusionnées à la ville de Québec. Il faut se rappeler qu’avant ces fusions en 2002, ces villes avaient toutes plus de trois siècles d’histoire et qu’elles couvraient ensemble un vaste territoire, encore mal connu des résidents.

Les rabats du livre permettent de situer approximativement les 100 lieux décrits au fil des pages. Retenons-en deux parmi les moins connus. Ainsi, il existe au nord-ouest de Limoilou un lieu-dit nommé Gros-Pin ; il en est ainsi depuis le Régime français, et ce nom apparaissait sur les cartes du temps de la Nouvelle-France. On apprend que, de nos jours, il n’y a plus de pins visibles dans ce secteur, mais qu’une rue se nomme « de la Sapinière Dorion », parce qu’au XIXsiècle, un Monsieur Georges Dorion possédait une sapinière, et que cette artère y menait. Afin d’étoffer ce panorama, il ne manquerait qu’une carte détaillée pour mieux visualiser cet espace, et plus généralement des références bibliographiques précises pour chaque notice au lieu d’une simple bibliographie en fin de volume.

Les découvertes seront nombreuses, même pour les férus d’histoire et de régionalismes. Par exemple : qui pourrait situer le parcours de la rivière Jaune, au nord de Québec ? Et savoir qu’il y avait là, à Notre-Dame-des-Laurentides, une industrie de coupe de bois florissante, à la fin du XIXe siècle ? Ici encore, une carte montrant clairement le tracé de ce cours d’eau aurait été utile, car il existe dans tout le Québec plusieurs toponymes « rivière Jaune ».

Les deux recueils de Curiosités de Québec serviront de ressources pouvant répondre aux questions du type : « Pourquoi telle rue porte-t-elle ce nom ? » ou « Qui était tel personnage historique ? » Les auteurs réussissent à mettre en valeur certains de nos lieux de mémoire québécois. On espère un troisième tome de ces Curiosités de Québec, car la capitale nationale n’a pas encore livré tous ses secrets.

Publié le 17 décembre 2020 à 15 h 10 | Mis à jour le 13 décembre 2020 à 15 h 14