Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > CONTES TRADITIONNELS DU SAGUENAY

Conrad Laforte

CONTES TRADITIONNELS DU SAGUENAY

Va bene, Québec, 2001
300 pages
22,95 $

Conrad Laforte, auteur de nombreux ouvrages consacrés aux traditions orales, conteste l’idée répandue selon laquelle la radio aurait jadis comblé un vide. L’ethnologue affirme qu’elle a tout simplement remplacé les conteurs populaires qui occupaient alors le centre de la veillée, aussi bien dans les camps forestiers où ils jouissaient d’un statut particulier, que dans les campagnes et les villages. Le folkloriste livre ici dix-sept contes de sa collection personnelle recueillis il y a plus de 25 ans auprès de quatre conteurs, parmi les derniers, réputés alors pour leur mémoire, leur capacité à maintenir l’attention de leur auditoire et à ménager des effets de surprise. Il s’agit de Madame Grégoire Côté, née Mélanie Houde, de Messieurs Johnny Lavoie, Jos Boudreault et Ernest Gagné.

Contes traditionnels du Saguenay, dit le titre. En fait, il s’agit de récits oraux, peu connus ici, qui se rattachent, en dépit de leurs variantes, à la tradition canadienne-française et même internationale, lien qu’un commentaire scientifique de Jean-Pierre Pichette précise au début de chaque conte. On y retrouve une couleur saguenéenne, mais qui ne tient pas tant aux histoires racontées qu’à la narration des conteurs, vieux résidents du Royaume qui, bien croire ! (entendre : ben crère), emploient une langue populaire émaillée d’expressions régionales en passe de sortir de l’usage. Ces particularités linguistiques apparaissent en italique dans le texte et font l’objet d’un glossaire que l’on doit également au travail de Jean-Pierre Pichette. Quoique traversés par une imagination débridée et une naïveté qui font sourire le lecteur d’aujourd’hui, ces contes merveilleux, contes à rire, contes d’animaux ou contes dits « à formule ou à répétition » laissent entrevoir le long parcours d’une tradition orale qui garde des traces de la diversité des époques et des régions du monde qu’elle a franchies.

Cet ouvrage vient donc enrichir notre mémoire collective sans compter qu’il présente un réel intérêt documentaire pour toute personne curieuse des faits de langues.

Publié le 9 juillet 2003 à 11 h 21 | Mis à jour le 16 mars 2015 à 12 h 29