Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

À l’été 1994, cinq enfants se rendent au Camp Forevermore pour y devenir des « filles-pirates, des filles-capitaines de vaisseau spatial, des princesses guerrières », loin de se douter qu’une excursion de kayak fera plutôt d’elles des filles perdues, des filles hantées. Du moins, c’est ce que veut nous faire croire Kim Fu, sans vraiment réussir.

Avec Cinq filles perdues à tout jamais, Fu cherche à mettre en scène un questionnement : Siobhan, Nita, Andee, Dina et Isabel ont-elles été changées par les événements qui se sont déroulés au camp, ou l’excursion n’a-t-elle que montré des traits déjà présents chez elles ?

Le dilemme est intéressant et aurait sans doute pu mener à une réflexion philosophique enrichissante mais, malheureusement, il meurt dans l’œuf : en effet, à ces questions fondamentales à son intrigue, le roman offre des réponses sans équivoque, qui mettent en doute la pertinence de l’interrogation initiale. La stratégie de Fu, qui est de jouer avec la temporalité du récit, se retourne contre elle. En nous dévoilant le passé et le futur de ses héroïnes, un passé où les fondations de leur personnalité semblent déjà bien ancrées et un futur où le trauma du camp n’est que brièvement mentionné, Fu sacrifie la tension qui aurait fait de Cinq filles un ouvrage mémorable.

Au-delà de ce faux dilemme, Cinq filles perdues à tout jamais reste une histoire qui sait tenir son lecteur en haleine. Le drame du camp apparaît peu à peu, entrecoupé de ces épisodes de vies adultes qui ne manquent pas de mystères. Kim Fu nous propose une écriture décomplexée, et c’est ce qui lui donne du pouvoir : on ne sait jamais à quoi s’attendre, parce que l’on sent que l’autrice oserait aller n’importe où avec son récit. C’est efficace puisque, bien que le rythme soit assez lent, le roman se lit rapidement, pressés que nous sommes d’apprendre le sort de Siobhan, Nita, Andee, Dina et Isabel. Cette part de mystère fait de Cinq filles perdues à tout jamais un livre facile à lire et à apprécier, même si l’on aurait aimé qu’il soit un peu plus complexe et nuancé.

Enregistrement