Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > CHRONIQUES DE KITCHIKE

Louis-Karl Picard-Sioui

CHRONIQUES DE KITCHIKE

LA GRANDE DÉBARQUE

Hannenørak, Wendake, 2017
173 pages
21,95 $

Louis-Karl Picard-Sioui est originaire de Wendake, près de Québec, et est donc membre de la Nation huronne-wendat. En plus d’être écrivain et poète, il est historien, anthropologue et commissaire en arts visuels.

Chroniques de Kitchike. La grande débarque est son premier recueil de nouvelles. On y découvre, avec bonheur, un auteur à la plume vivante, savoureuse et ironique, qui sait déceler et montrer du doigt certains travers propres à toutes les sociétés humaines. Par les mots de son principal narrateur Pierre Wabush, qui vient « du Old Town de Kitchike », il ne s’encombre pas de se montrer « politically correct ». En outre, il n’hésite pas à mettre en scène des situations de corruption et de favoritisme dans la réserve fictive où il situe la plupart de ses histoires. Il évoque également la présence de clans opposés s’affrontant pour le pouvoir et l’accès à la gestion des fonds publics.

Une des nouvelles se déroule devant le comptoir d’une boucherie de « la ville avoisinante ». Chez Monsieur Viande, certains hommes empreints de leur soi-disant supériorité n’hésitent pas à déverser, entre eux, leurs préjugés racistes, bêtes et méchants devant des Amérindiens qui attendent. De façon tout à fait désolante, Monsieur Dents, Monsieur Yeux, Monsieur Médocs et Monsieur de la Classe savent se montrer particulièrement odieux devant le petit Waso, chargé par sa mère d’acheter de la viande.

Les personnages dépeints par Louis-Karl Picard-Sioui reviennent, pour la plupart, d’une nouvelle à l’autre, ce qui donne à son recueil un certain air de roman. Ils sont bien campés et, pour certains, fort attachants. C’est le cas notamment de Pierre Wabush ainsi que de Roméo Cœur-Brisé, le vieux chamane de Kitchike, qui ne s’est jamais remis d’une peine d’amour. Aussi de Méo qui, malgré sa peine, « a toujours un beau sourire à offrir, un peu béat, un peu niais parfois, mais toujours un bon mot pour tout le monde ». Ce qui ne l’empêche pas d’être perpétuellement l’objet de commérages et de colportages, « comme s’il était le symbole de tout ce qui allait mal ».

En somme, Louis-Karl Picard-Sioui est un auteur talentueux et Chroniques de Kitchike. La grande débarque est une belle découverte et un ouvrage très agréable à lire. Je le recommande sans hésitation !


Publié le 22 juin 2018 à 11 h 26 | Mis à jour le 29 juin 2018 à 9 h 55