Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Peu d'écrivains entreront dans le XXe siècle comme Blaise Cendrars. Il vivra en Suisse, en Égypte et en Italie, perdra son bras droit à la guerre de 1914-1918 (ce qui l'obligera à apprendre à écrire de la main gauche), voyagera en Russie, à New York et au Brésil et, finalement, mènera une vie de misère à Paris dans l'ombre des Ravel, Debussy, Modigliani, Chagall, Apollinaire, Cocteau, Gide, Proust.

Dans une récente biographie intitulée Blaise Cendrars, La vie, le verbe, l'écriture, Miriam Cendrars - fille cadette du légendaire bourlingueur - nous présente l'évolution de celui qui allait devenir une figure mythique de la littérature du XXe siècle. Né en Suisse en 1887, Cendrars meurt à Paris en 1961. C'est une longue et permanente instabilité, presque une démangeaison existentielle, associée à une misère matérielle constante, qui décrit le mieux l'ensemble de la vie de l'auteur . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement