Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > ASTRID ET VERONIKA
ASTRID ET VERONIKA

Linda Olsson

ASTRID ET VERONIKA

Trad. de l’anglais par Mélanie Carpe
L’Archipel, Paris, 2012
261 pages
29,95 $

Astrid a plus de quatre-vingts ans alors que son amie Veronika est dans la jeune trentaine. Tout sépare les deux femmes. Leur improbable rencontre ne peut avoir lieu que parce qu’elles se sont réfugiées, l’une après l’autre, dans le même village, au nord de la Suède. Astrid et Veronika est le premier roman de la Néo-Zélandaise Linda Olsson, née à Stockholm en 1948.

Bien que leurs trajectoires de vie soient très différentes, Astrid la recluse et Veronika la grande voyageuse ont toutes deux subi de profondes blessures à l’âme et peinent à s’en remettre. Astrid entretient une haine tenace envers les hommes de sa vie. Elle a fait des tapis de leurs habits afin de garder vivante sa rancune et de la fouler aux pieds tous les jours : « Quand mon père est mort, j’ai découpé tous ses vêtements et je me suis mise à tisser. Quand mon mari . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 25 mars 2014 à 19 h 03 | Mis à jour le 8 juin 2015 à 17 h 18