Andrew Hodges

ALAN TURING

LE GÉNIE QUI A DÉCRYPTÉ LES SECRETS NAZIS ET INVENTÉ L’ORDINATEUR

Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2014
703 pages
34,95 $

Cette biographie, qui a inspiré le film Le jeu de l’imitation, raconte la vie d’Alan Turing, mais aussi les efforts déployés par les Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale pour décrypter les messages chiffrés par les Allemands à l’aide de la machine Enigma. Turing, qui a joué un rôle clé dans ces travaux, avait, avant le conflit, déjà imaginé une « machine universelle » capable d’exécuter n’importe quel calcul : « la machine de Turing ». Il a pris part à la conception de celle qui allait permettre de déchiffrer les messages destinés aux sous-marins allemands, afin de les localiser. Les convois de navires marchands alliés arrivaient ainsi à les éviter plus facilement et les bâtiments de guerre et avions pouvaient en détruire plusieurs. On peut donc affirmer qu’Alan Turing a participé de façon importante à la victoire dans la bataille de l’Atlantique, ce qui a permis de sauver de nombreuses vies et a sans doute contribué à écourter la guerre. Ses idées ont également joué un rôle primordial dans la conception des premiers ordinateurs.

Nul doute que le visionnaire qu’il était serait aujourd’hui fasciné par les progrès considérables de l’informatique et en particulier de l’Internet. Mais il constaterait que les « machines intelligentes » dont il rêvait ne sont toujours pas inventées, malgré les avancées certaines en intelligence artificielle.

La biographie écrite par le mathématicien Andrew Hodges présente beaucoup plus d’informations que le film qui en a été tiré. L’ouvrage est carrément passionnant pour ceux et celles qui s’intéressent aux notions à l’origine de l’informatique. Quant aux autres, ils pourront certainement éviter quelques chapitres, notamment le chapitre II, où il est question de théories mathématiques et physiques, et la majeure partie des chapitres V et VI, où est relatée en détail la conception des premiers ordinateurs britanniques et américains.

Aujourd’hui, il est choquant de constater toute la dureté et le manque de reconnaissance avec lesquels a été traité Turing à la fin de sa vie, simplement parce qu’il était homosexuel. Il en est venu à se suicider, alors qu’il avait à peine 41 ans. C’était en 1954.

Publié le 10 juillet 2015 à 14 h 39 | Mis à jour le 10 juillet 2015 à 14 h 41