Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > ŒUVRES POÉTIQUES COMPLÈTES

Paul Morin

ŒUVRES POÉTIQUES COMPLÈTES

Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 2000
635 pages
58,00 $

Il faut savoir se réjouir de la publication des Œuvres poétiques complètes de Paul Morin, ce mal aimé de la critique, dont l’arrivée sur la scène littéraire québécoise, avec Le paon d’émail, en 1911, a tant dérangé la communauté régionaliste. L’érudition savantissime, encyclopédique, du poète montréalais en a certes enthousiasmé plus d’un, mais elle lui a valu aussi d’être traité de païen sensuel et obscur par la critique (cléricale) officielle. Morin use de tous les glossaires et prend à l’évidence plaisir à exhiber le mot rare qu’il débusque sous toutes les latitudes et qu’il puise dans tous les domaines des connaissances humaines, depuis la géographie, la philologie, l’héraldique et la musique jusqu’à la minéralogie, l’entomologie, la botanique et, notamment, la mythologie grecque et romaine, qu’il possède totalement et dont il a nourri en particulier le premier de ses trois recueils. La qualité du travail d’annotation de Jacques Michon est à cet égard stupéfiante et on ne peut que s’incliner devant la patience, l’intelligence, le courage et la détermination dont l’éditeur critique a fait preuve pour venir à bout, pour ainsi dire, d’une œuvre aussi dense. Et pourtant, faut-il l’avouer, malgré l’abondance et la minutie de l’appareil d’accompagnement, le lecteur, même le plus cultivé, enhardi par tant de découvertes, en redemande encore, tant la richesse lexicale de Morin défie sa compétence.

Mais la valeur de la poésie de Morin ne tient pas qu’à l’utilisation d’un vocabulaire rare employé avec pertinence. II faut voir son sens du rythme, ses rapprochements métaphoriques inédits, ses rejets audacieux, la diversité métrique de ses vers jouxtant sa poésie strophique régulière et son usage particulier d’un clavier tonal et stylistique étendu, depuis le plus grave jusqu’au plus léger, en passant par l’ironique, le moqueur, le délicat, le bilieux, l’humoristique et le ludique, dont il tire des effets nouveaux, efficaces, saisissants. Il faudrait plus d’espace pour rendre justice à un livre aussi réussi.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 15 avril 2015 à 16 h 08