Accueil > Commentaires de lecture > Essai > 101 MOTS À SAUVER DU FRANÇAIS D’AMÉRIQUE

Numéro 113

Hubert Mansion

101 MOTS À SAUVER DU FRANÇAIS D’AMÉRIQUE

Michel Brûlé, Montréal, 2008
192 pages
16,95 $

Le Belge d’origine Hubert Mansion est un touche-à-tout. Il est entre autres l’auteur du Guide de survie des Européens à Montréal, un guide touristique humoristique, et de Tout le monde vous dira non, un essai sur l’industrie du spectacle. Avec ce nouvel ouvrage, il explore le terrain de la philologie et de la linguistique. Sur un ton léger, l’essayiste prend le parti de la langue française parlée en Amérique du Nord, c’est-à-dire de ses actualisations québécoises, acadiennes et louisianaises. Pour Mansion, ce français hors Hexagone est riche pour deux raisons : « […] d’abord parce qu’il a gardé quantité de mots qui ont disparu des dictionnaires […], ensuite parce qu’il n’a aucun complexe. Il crée des mots sans l’autorisation d’une quelconque académie, et sans se demander si c’est du français ou non ». En quelque sorte, c’est ce double constat qui justifie le bien-fondé de ce « sauvetage linguistique ». On trouve ainsi dans ce livre bâti comme un dictionnaire des entrées pour des termes plus connus au Québec, comme « frencher », « enfirouaper » ou « cheap », mais également pour des mots moins usités tels « interboliser » ou « bizaine ». De multiples exemples, aussi éclectiques que variés, sont mis à profit. Ceux-ci sont puisés à même des textes de Racine, de La Fontaine, de Richard Desjardins, de Zachary Richard et de Plume Latraverse, pour ne nommer que ceux-là. Publié aux éditions Michel Brûlé, 101 mots à sauver du français d’Amérique est avant tout un ouvrage grand public. Bien que son propos soit le résultat d’une recherche bien documentée, il ne s’agit pas d’une étude savante. Mansion retrace l’origine d’une centaine de termes et nous raconte leur histoire. Il défend cette langue qui, au cours des siècles, s’est transformée, s’est parée de nouvelles sonorités, une langue parfaitement légitime qui a su s’adapter en créant de nouveaux sens, ou, au contraire, qui a choisi de préserver la signification de mots très anciens. Dans cet essai ludique qui se lit comme un roman, l’auteur articule son savoir avec acuité, verve et enthousiasme.

 

Publié le 13 décembre 2008 à 13 h 05 | Mis à jour le 27 janvier 2015 à 19 h 14